Monday, May 13, 2019

Colloque : Les mots de la critique littéraire au XIXe siècle

Les mots de la critique littéraire au XIXe siècle

les 20 & 21 juin à la Maison de la Recherche - Salle D040





Jeudi 20 juin


9h45 : Ouverture du colloque 

Présidence : Didier Alexandre

10h : Alain Vaillant (Université Paris-Nanterre) : « Histoire ou critique de la littérature ? À la source d’un malentendu fondateur »
10h45 : Annie Petit (Université Paul-Valéry) : « Émile Littré, un critique littéraire aux multiples visages »

Pause

11h45 : Jérémy Naïm (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle/THALIM) : « L’action de l’influence »
12h30 : Marine Riguet (Sorbonne Université/Labex Obvil) : «  Le milieu, un concept nomade » 

Déjeuner

Présidence : Alain Vaillant

14h30 : Azélie Fayolle (UPEM) : « Du germe de blé au virus. Métaphores naturalistes et critique biblique chez Ernest Renan »
15h15 : Lucien Derainne (Université de Saint-Étienne) : « Querelle de mots et "critique de choses". Le terme observation dans la critique, de Chasles à Lanson »

Pause

16h15 : Glenn Roe (Sorbonne Université/Labex Obvil) : « Lanson et les humanités modernes »
17h :  Didier Alexandre (Sorbonne Université/Labex Obvil) : «  Une ontologie du discours de critique littéraire ? »


Vendredi 21 juin


Présidence : André Guyaux

10h : Andrea Schellino (Institut catholique de Paris/ITEM) : « Sainte-Beuve par lui-même »
10h45 : Romain Jalabert (Sorbonne Université/Labex Obvil) : « Sainte-Beuve par les humanités numériques »

Pause

Présidence : Annie Petit

11h45 : Emmanuelle Kaës (Université de Tours) : «  Enjeux de l’épithète dans le discours critique du XIXe siècle »
12h30 : Motasem Alrahabi (Sorbonne Université/Labex Obvil) : « Le rôle des adjectifs dans l’expression du jugement critique »

Déjeuner

Présidence : Glenn Roe

14h30 : Julien Schuh (Université Paris-Nanterre/Numapresse) : « Le nom d’auteur comme notion critique : évolutions et réévaluations sémantiques »
15h15 : Nejma Omari (Université Paul-Valéry/Numapresse) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry/Numapresse), « Du journal au recueil : poétique du support et variations du vocabulaire »
16h : Pierre-Carl Langlais (Numapresse) : « Les réécritures de la réception : essai de lecture distante comparée des romans et des critiques numérisées du XIXe siècle. »

17h : Conclusion du colloque

Ecole d'été de cartographie et de visualisation

École d'été de cartographie et visualisation 2019 à l'ENSSIB

1er au 3 juillet 2019


Pour s'inscrire : https://www.enssib.fr/inscription-ecole-ete-cartographie-visualisation


Le projet reste de développer le dialogue entre géographes et informaticiens, ainsi qu'avec les physiciens, historiens, épistémologues, designers, artistes, écrivains et toutes les personnes engagées dans des productions visuelles et dans une réflexion sur la notion de preuve graphique. Comme les années précédentes, les échanges déborderont du strict cadre universitaire en laissant la parole aux personnes d'autres univers (associations, écoles d'art, entreprises, etc.) et de tous statuts.
Les principales thématiques de ce cru 2019, à l'instar des précédents, peuvent se décrire de la façon suivante.
  • Implicites épistémologiques d'une méthode graphique: par exemple, le privilège accordé aujourd'hui aux graphes de réseaux sociaux face aux analyses factorielles, qui peut signaler un refus (ou une impossibilité, du fait de l'absence de données) d'intégrer des variables socio-professionnelles stables mais négligeant l'environnement des enquêtés; voire une focalisation sur l'instant au détriment d'interactions ou de pratiques sur le moyen terme.
  • À l'inverse, explicitations épistémologiques rendues possibles ou stimulées par le graphique au sens large: carte, visualisation, schéma ou écriture planaire. Par exemple quand une production a priori banale ou culturellement répandue invite à s'interroger sur les interactions entre technique et pensée (cf. l'algèbre de Descartes) ou à prendre conscience du fait que le langage ne peut tout appréhender (limites de la phénoménologie): qu'une écriture déborde le langage et que l'appréhension du monde passe par l'élucidation de ses effets et par la consolidation de ses fondements.
  • La question de la fiabilité de la représentation reste centrale, au plan scientifique comme politique. Au plan scientifique car de nombreux graphiques sont en fait des projections sur un écran ou sur une page d'objets et de relations plongés par nécessité topologique en des espaces de dimensions parfois très grandes; ce qui pose des questions de confiance à leurs auteurs comme à leurs lecteurs. Au plan politique, rappelons que toute carte de la Chine est insatisfaisante pour les autorités de ce pays ou de ses voisins. Cette situation peut se généraliser à la publication de cartes ou réseaux destinés à un grand public pas toujours au fait des précautions méthodologiques à prendre pour lire de telles images.
  • Les apports heuristiques de telles représentations sont aussi au coeur de ces journées: pour infirmer ou confirmer des hypothèses, affiner des problématiques, expliciter une démarche épistémologique.
  • De façon analogue, les façons dont les disciplines s'empruntent des méthodes, des problématiques et se réapproprient des questionnements déjà élucidés par le passé restent centrales. Au-delà d'une compétition qui mérite d'être précisée de façon détaillée (et historicisée), nous préciserons aussi les appels au dialogue, par exemple quand des informaticiens tendent la main à des designers ou des sociologues. L'intérêt de la cartographie et de la visualisation, en ce début de siècle, est aussi de montrer le «pouvoir des sens» (de l'oeil) et de l'intuition quand une question scientifique résiste au déroulement simple d'équations ou de catégorisations. Ici, le retour à l'épistémologie et au fondement du raisonnement se manifeste: «qu'est-ce qu'une représentation?» nous demandait l'an dernier Patrick Flandrin.
  • Les débats sur les liens entre carte et territoire, étendus aux questions de spatialité et de territorialisation de l'internet (et du numérique) restent aussi privilégiés, dans la mesure où ils nous permettent d'expliciter le lien entre ce que nous croyons relever du réel et ce que nous en voyons ou dessinons.
Conférences, tables rondes, présentations originales alterneront avec des ateliers spécifiques dédiés à la production de cartes et graphiques, à leur sémiologie, à leurs esthétiques.

Friday, April 26, 2019

Séminaire de l'OBVIL 27 mai: Jean-Pierre Desclés

Le séminaire de l’OBVIL accueillera le 27 mai M. Jean-Pierre Desclés, professeur émérite de Sorbonne Université, et ancien directeur du laboratoire LaLIC, qui proposera une réflexion sur l'énonciation, la sémantique et la formalisation en linguistique:
Le dialogue, fonction première du langage: mise en place de concepts opératoires à partir d'exemples dialogiques de textes bibliques et littéraires modernes.

Le séminaire aura lieu en salle D224 de la maison de la recherche, de 14h à 17h. Une pause café sera prévue vers 15h30.

Les personnes intéressées sont priées d'envoyer une confirmation à motasem.alrahabi@gmail.com

Calculs de signification par une logique d'opérateurs, 2017
Logique combinatoire et lambda calcul: des logiques d'opérateurs, 2016
Le dialogue, fonction première du langage. Analyse énonciative de textes, 2011

Wednesday, April 10, 2019

Inserm Workshop - Recent developments in the analysis of patient-reported outcomes and psychometric data in health

Inserm workshop 255 - Recent developments in the analysis of patient-reported outcomes and psychometric data in health.

Les inscriptions restent ouvertes. Vous pouvez encore vous inscrire.

Organisateurs : Cécile PROUST-LIMA (Bordeaux Population Health Research Center, Inserm U1219, Bordeaux), Véronique SEBILLE (Inserm UMR 1246 SPHERE, Nantes, Tours)

PHASE I : 20-22 mai 2019, Bordeaux
PHASE II : 16-19 septembre 2019, Nantes

Information and registration : http://ateliers-inserm.evenium-site.com

Monday, February 11, 2019

Séminaire de l'OBVIL 11 mars: logiciel NOOJ

Le 11 mars 2019, Max Silberztein assurera une présentation de NOOJ, suivie d'un atelier pratique sur l'utilisation de ce logiciel d'analyse et d'annoation textuelles.

NooJ est un environnement de développement utilisé pour construire des ressources linguistiques sous la forme de dictionnaires et de grammaires afin de formaliser une douzaine de phénomènes linguistiques (de l’orthographe à la sémantique). NooJ offre à ses utilisateurs la possibilités d’appliquer ces ressources à des corpus de textes afin de construire des concordances, effecturr des analyses statistiques, voire les analyser et les annoter. Le moteur linguistique de NooJ a été utilisé dans une dizaine d'applications de TAL comme la fouille de donnée, la veille, la traduction automatique, etc. Le séminaire consistera en une présentation de NooJ, suivi par une séance de formation au logiciel.

Prérequis:
Chaque participant(e) doit venir avec son ordinateur portable, et avoir téléchargé le logiciel à cette adresse.

L'atelier se déroulera en salle s002 de la maison de la recherche, de 14h et 18h. Une pause café est prévue à 15h30.

Les personnes intéressées sont priées d'envoyer une simple confirmation à motasem.alrahabi@gmail.com

Wednesday, February 6, 2019

Séminaire de l'OBVIL 5 avril : analyse stylistique de textes littéraires

Dans le cadre du séminaire OBVIL, Gaël Lejeune, maître de conférences en informatique (Sorbonne Université), interviendra le 5 avril au sujet de l'analyse stylistique de textes littéraires:

L'analyse stylistique automatique (computational stylistics) fait appel à des observables et des représentations qui lui sont particulières. Dans ce séminaire, je présenterai quelques types d'observables utilisés en analyse stylistique automatique puis je montrerai comment les exploiter avec la bibliothèque "stylo" du programme d'analyse statistique R. Pré-requis :
Installer "R" puis la bibliothèque stylo https://sites.google.com/site/computationalstylistics/stylo).

L'atelier aura lieu en salle D323 de 10h à 13h (Maison de la Recherche). Une pause café est prévue à 11h30.
Pour des raisons d'organisation, les personnes intéressées sont priées de confirmer leur présence par mail (motasem.alrahabi@gmail.com).






Recrutement

Fiche de poste
RECRUTEMENT
04 FÉVRIER 2019

Identification du poste

Type de contrat : CDD ; quotité : temps plein 9 mois
Date de prise de fonctions :  mars 2019
Employeur :  Fondation des Sciences du Patrimoine (FSP))
Rémunération : Salaire net mensuel, environ 2 000 euros
Cadres de référence du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche auxquels l’emploi peut être rattaché :
BAP E (informatique, statistiques et calcul scientifique)
E1C43 : Chef-fe de projet ou expert-e en ingénierie logicielle
E2C45 : Ingénieur-e en ingénierie logicielle
Localisation du poste : Université de Cergy-Pontoise (sites de Saint-Martin et des Chênes) et Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine)
Encadrement : Florence Clavaud (conservatrice en chef du patrimoine aux Archives nationales, directrice technique du projet Testaments de Poilus), Boris Borzic (ingénieur de recherche, Université de Cergy-Pontoise, laboratoire ETIS - Equipes Traitement de l’Information et Systèmes)

Environnement fonctionnel

La personne recrutée, outre les personnes responsables de son encadrement au quotidien, travaillera en concertation avec l’ensemble des membres de l’équipe projet Testaments de Poilus, archivistes, ingénieurs d’étude, enseignants-chercheurs, qui représentent actuellement six institutions : les Archives nationales, les Archives départementales des Yvelines, les Archives départementales du Val-d’Oise, l’École nationale des chartes, l’Université de Cergy-Pontoise, l’Université Paris 8. La coordination générale du projet est assurée par Emmanuelle de Champs (professeure des universités, laboratoire AGORA, Université de Cergy-Pontoise).

Description du poste

Dans une première phase du projet (2016-2018), grâce à un financement de la FSP et de la Mission du centenaire, afin de permettre à des internautes bénévoles de contribuer activement (crowdsourcing) à la transcription des testaments de guerre des Poilus morts pour la France pendant ou après la Première Guerre mondiale conservés aux Archives nationales et dans les services français d’archives départementales, une plateforme web de transcription collaborative des testaments a été conçue, développée et mise en production en janvier 2018 à l’adresse https://testaments-de-poilus.huma-num.fr. Depuis janvier 2018, elle a permis à l’équipe projet de publier les images numériques de 323 testaments préalablement identifiés, décrits et numérisés par les services d’archives responsables de leur conservation, de les faire transcrire selon des règles précises conformément à un modèle TEI spécifique, lui-même évolutif, et, à l’aide d’une interface dynamique et réactive, de contrôler soigneusement la qualité de la transcription et de l’encodage. Une communauté de plus de trois cents transcripteurs s’est formée, dont quelques-uns sont extrêmement actifs et produisent aujourd’hui des transcriptions de haute qualité. Les travaux d’identification, de description et de numérisation des testaments se poursuivent, de sorte que le contenu de la plateforme va continuer de s’enrichir ; on estime à 1500 le nombre total de testaments conservés aux Archives nationales, et à une centaine au plus le nombre de testaments conservés dans chacun des services d’archives départementales partenaires du projet (le nombre de services d’AD partenaires va très probablement augmenter). Pour plus d’informations voir notamment le compte-rendu de la journée des contributeurs du 11 septembre 2018 (https://testaments-de-poilus.huma-num.fr/#!/content/30) et les fichiers attachés.
Ce programme de transcription TEI vise à produire une version informatique hautement exploitable et pérennisable, conforme à un modèle documenté, du texte des testaments, afin que les chercheurs associés au projet puissent en réaliser une étude scientifique approfondie, en s’attachant en particulier à la forme de ces textes, à la culture de l’écrit des testateurs, à leur attitude par rapport au danger de mort qu’ils encourent. Il s’agit également de valoriser et de faire connaître au plus grand nombre ces documents inédits. Les partenaires du projet se sont donc engagés à réaliser une deuxième application web restituant à tous ces publics les résultats obtenus, servant d’interface de recherche, d’éditorialisation et de consultation des testaments dont les transcriptions TEI auront été validées et exportées de la plateforme de transcription, et destinée à subsister après que les opérations de transcription auront été achevées.
La personne recrutée sera chargée de la conception, de la réalisation, de la documentation et de la mise en production de cette application.
En ce qui concerne la conception de l’application, la personne recrutée pourra s’appuyer sur les travaux préalables menés en 2018 (enquêtes auprès des futurs utilisateurs, état de l’art rapide en ce qui concerne les fonctionnalités de sites web d’édition numérique comparables, note de cadrage fonctionnelle, état de l’art sommaire des solutions techniques existantes).
Les développements se feront impérativement à partir de briques logicielles open source et les librairies qui seront écrites seront placées sous licence libre et déposées dans un entrepôt public de sources tel que Github.
L’application web devra être une application REST, dotée d’une API permettant au minimum à des applications tierces d’exécuter des requêtes pour récupérer la transcription TEI d’un testament. En ce qui concerne les images numériques des testaments elle utilisera le serveur IIIF mis en place pour la plateforme collaborative de transcription. Le design et l’ergonomie de l’interface seront tout particulièrement à soigner ; la réalisation de la charte graphique sera probablement confiée à un prestataire spécialisé.
La personne recrutée devra également documenter l’application afin que l’équipe de direction technique du projet puisse en prendre en main l’administration et la maintenance.

Compétences requises pour le poste

  • Connaître de façon approfondie (théorique et pratique) le standard XML/TEI ; maîtriser les normes et langages XML (Relax NG, XSLT, XQuery) et au moins une base de données XML (BaseX, eXist)
  • Connaître les normes, méthodes et langages de développement Web (XHTML5, CSS, JavaScript/DOM, AJAX, JSON) ; connaître une ou plusieurs frameworks JavaScript telles que JQuery, AngularJS, React
  • Connaître au minimum un langage de programmation tel que PHP ou Python
  • Maîtriser les bases de données relationnelles : MySQL, SQL
  • Maîtriser les concepts et techniques de gestion de projets : approche agile de préférence
  • Maîtriser l’anglais (notamment technique)

Compétences opérationnelles (savoir faire)

  • Piloter un projet (expertise)
  • Appliquer les techniques citées ci-dessus
  • Disposer de capacités d’analyse et de synthèse et de fortes capacités d’adaptation et d’apprentissage

Compétences comportementales (savoir être)

  • Être très rigoureux
  • Avoir le sens des initiatives
  • Disposer d’aptitudes relationnelles (capacités à écouter et prendre en compte les besoins des utilisateurs, à expliquer, de manière générale à communiquer).

Conditions d’embauche

Les candidats doivent être titulaires au minimum d’un Master 2 en sciences de l’information et de la communication, ou en humanités numériques.
Une expérience antérieure de conception et développement d’application web fondée sur TEI, au sein d’un laboratoire de recherche en sciences humaines et sociales ou d’une institution patrimoniale, serait l’idéal.

Conditions d’embauche

Les candidats doivent adresser un CV et une lettre de motivation  avant le 4 février 2019 aux trois adresses ci-dessous :
florence.clavaud@culture.gouv.fr;boris.borzic@u-cergy.frEmmanuelle.de-champs@u-cergy.fr
Ils seront convoqués pour un entretien début février.